Imprimer

Brochure d'accueil

P. 2      <<    >>

Petit précis d'anatomie

Les mâles sont par nature plus forts que les femelles. Leur tête est plus grosse, plus ronde. Les caroncules du nez sont plus développées. De plus leurs rémiges sont plus larges et leurs ailes plus longues; leur squelette est plus solide aussi. Ce sont là des caractéristiques générales; il n'est pas toujours facile de distinguer les sexes. Dans certaines familles les mâles présentent des têtes très fines et des rémiges étroites. Le comportement des sujets peut donner certaines indications. Ainsi, le mâle roucoule et fait la grosse gorge; la femelle dodeline quelque peu de la tête et gémit.

Les pigeons vivent en couple et sont monogames. Ils défendent leur territoire, souvent réduit à l'espace d'un casier ou même à une planchette au colombier. 

La surpopulation du colombier peut provoquer une agitation telle qu'elle entrave la fécondation.

La vue du pigeon est très développée. Elle enregistre environ huit fois plus d'images à la seconde que l' oeil de l'homme. Ceci explique qu'un éclairage par tubes (avec starter) fait clignoter continuellement l' oeil du pigeon. Il est préférable de procéder à un éclairage avec des lampes normales ou avec un tube sans starter.

Le poids normal du pigeon varie de 400 à 500 grammes. Il est utile de s'en souvenir pour administrer l'une ou l'autre médication, les doses étant généralement fixée en regard du poids.

Le pigeon demeure fécond jusqu'à l'âge de 8 à 14 ans, mais il est des exceptions qui dépassent largement ces délais.

Les pigeons dépassant vingt ans de vie sont rares, mais on en rencontre régulièrement.

La femelle pond deux oeufs par couvée. Un couple peut, en principe, élever tout le long de l'année. Il appartient au colombophile d'imposer son programme d'élevage.

Indispensable un bon colombier

Ne vous inquiétez pas. Il n'est pas indispensable de disposer d'installations luxueuses.

Pourvu que votre colombier offre le confort requis à ses occupants vous pouvez vous engager dans les concours avec des chances de réussir. Le pigeon est insensible au luxe, pas aux bonnes conditions d'hébergement.

Il est plus facile d'énoncer les qualités requises du bon colombier que de les mettre en pratique. 

Résumons quand même :

Le colombier doit être ensoleillé et sec. Le colombier humide empêche l'éclosion et la condition optimale (la forme) indispensable en compétition et déclenche les maladies, les parasitaires en premier. Il n'est donc pas indiqué d'ériger un colombier dans un bois.

Il doit également être bien aéré, mais sans courant d'air sur les pigeons. Bien des installations de champions sont aérées par le haut; les casiers et perchoirs sont surmontés d'un plafond dont une partie est coulissante, pour autoriser la réduction ou l'agrandissement du trou d'aérage et régler l'aération et la température que l'on essayera de maintenir constante.

L'isolation donne matière à bien des divergences de conception dans le monde du bâtiment. La double paroi donne de très bons résultats; c.-à-d. que la couche d'air entre les deux parois isole suffisamment. De plus, elle permet aux matériaux de "respirer". Ce n'est pas le cas d'une isolation hermétique.

Pas besoin de palais pour pigeons, une bonne organisation suffit. Il faut disposer ces installations en trois compartiments au moins: un pour l'élevage, un autre pour les pigeonneaux qu'y prendront place dès le sevrage et un troisième pour les mâles menés au "veuvage". Une petite volière pour héberger les femelles est quasi indispensable. Le colombier au toit de la maison présente autant d'inconvénients que de qualités et de confort: il indispose les autres habitants et l'amateur ne peut observer ses pigeons aussi intensément que lorsqu'ils résident au jardin.
Les spécialistes du 'préfabriqué' présentent sur le marché des colombiers de jardin de qualités très diverses.

 

De nombreux champions donnent la préférence au toit de tuiles non rejointoyées. (aérage).

Avis important ! N'entamez aucune construction sans avoir rempli les formalités requises. Demandez l'autorisation des instances communales et de son Service d'Urbanisation. Connaissant vos possibilités d'implantation, informez-vous auprès d'un amateur expérimenté quant à la façon de procéder; ouvrez l' oeil et demandez-lui conseil concernant de choix des matériaux, de leurs qualités et défauts.

Vous apprendrez probablement qu'il ne veut entendre parler de matériaux collés et autres dont émanent des gaz nocifs (formol-dehyde e.a.)

Ne vous engagez pas sans pouvoir disposer d'un bon colombier. Sa qualité est aussi importante que celle des pigeons qu'il héberge.
Si vous avez le choix, disposez les entrées vers le S.E. comme l'ont fait la majorité des champions.

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter